Coupe du Monde ; les sélections, des équipes comme les autres ?

un match de légende

Après près de 30 jours de compétition intense, la coupe du monde est sur le point de rendre son verdict ; le monde va savoir dimanche soir quelle est la meilleure équipe de foot ! Ou plutôt quel pays est capable de trouver l’alchimie la plus juste en sélectionnant et associant les meilleurs joueurs nationaux. Je vous propose un focus sur cette équipe un peu particulière : la sélection nationale.

Sélections nationales, clubs, même combat, les 3 points ?

Les journalistes sportifs le rappellent souvent, les gros clubs de foot tels que le Barça, le Bayern, Chelsea ou le Real sont supérieurs en termes de jeu aux sélections nationales. Mais, au-delà du niveau, les différences fondamentales entre les clubs et les sélections sont à trouver au niveau du choix des joueurs, de la vision long/court terme et de l’enjeu.

Pour bien comprendre ces différences, dressons un parallèle entre équipe de foot et entreprise :

  • En club, l’entraîneur serait le manager (entraîneur se dit d’ailleurs « manager » en anglais) et les joueurs les employés (parfois recrutés à prix d’or chez les concurrents).

L’entraîneur / manager définit une stratégie, un principe de jeu et, sur le long terme (la saison), tente d’obtenir les meilleurs résultats de ses joueurs / employés.  Il les pilote au quotidien sur une longue période et a donc de l’influence sur leur progression physique et technique.

  • Pour une sélection, c’est à peu près la même histoire, avec quelques nuances toutefois : 

Concernée par une compétition internationale (Coupe du monde, Euro…), la sélection s’apparenterai davantage à une équipe projet constituée par un manager des ressources humaines qui choisit les meilleurs éléments du moment, les plus complémentaires et à-même de relever le défi sur le court terme que présente la compétition. Le sélectionneur n’est pas entraîneur : il n’a pas ou peu d’influence sur les caractéristiques des joueurs mais les dirige et leur donne des indications tactiques sur une période courte.

le sélectionneur choisit les meilleurs éléments du moment, les plus complémentaires et à-même de relever le défi sur le court terme…

Enfin, la  finalité même ; gagner la coupe implique des critères de choix sensiblement différents pour le sélectionneur : il s’agit d’obtenir le meilleur équilibre d’équipe sur la durée de la compétition.

La sélection : une équipe jugée uniquement sur sa performance

Le constat est évident : pour gagner, il faut jouer en équipe. Il n’est pas question pour la sélection de n’être qu’une somme d’individualités incapables de jouer ensemble.

On a très bien vu les difficultés du Portugal au premier tour, avec un milieu qui avait beaucoup de mal à faire la liaison entre défenseurs et attaquants pourtant très talentueux. En revanche, on a été impressionnés par le Costa Rica et sa capacité à faire face à l’Italie et l’Angleterre. Une belle cohésion d’équipe a fait des « Ticos » la révélation de la compétition… mais cela n’a pas suffi…

Avec un milieu très technique, une défense solide et une attaque susceptible de garder les ballons hauts ou de contre-attaquer, l’Allemagne est une sélection complète qui compte dans ses rangs de nombreux excellents joueurs. Elle dégage également l’impression de jouer en équipe (les statistiques nous indiquent qu’elle est l’équipe qui a fait le plus de passes dans la compétition), on a notamment en tête le but de Khedira contre le Brésil, où Özil, en bonne position de frappe, confie le ballon à son coéquipier qui arrive lancé. L’Allemagne est favorite car elle s’appuie sur de belles individualités capables de jouer en équipe.

L’Allemagne : de belles individualités capables de jouer en équipe

Ainsi, si être une « vraie équipe » est une condition sine qua non pour réussir une coupe du monde, il faut également s’appuyer sur d’excellentes individualités qui se mettront au service de l’équipe pour arriver dans le dernier carré et, en ce sens, la sélection nationale est une équipe comme les autres.

Bientôt un prochain article sur les individualités dans une équipe de foot

EDITO !

Le team building est un outil mis à disposition des équipes pour les aider à se trouver et à trouver leur propre modus operandi. L’objectif de ce blog est d’encourager et de partager une vision de la performance en équipeaxée sur l’intelligence des équipes à se développer. 
A travers des retours d’expériences d’organisateurs de team building, des conseils, des idées et des réflexions, l’équipe One to Team propose des informations pertinentes pour tous les professionnels, organisateurs de séminaires, encadrants, consultants, coachs ou tout coéquipier qui s’intéresse à la dynamique d’équipede manière générale.

Suivez-nous

Les auteurs

Priscilla Leherle

Avec une expérience du team building franco-britannique, Priscilla partage le fruit de ses réflexions sur la performance en équipe et les relations humaines..

Voir les articles de Priscilla

Emeline Hick

ernière arrivée chez One to Team, Emeline apporte un œil neuf et une expérience de l’animation qui vient tout droit du Canada. 

Voir les articles d’Emeline

Alexandre Eber

En « pro » de l’impro, Alexandre sait mettre son dynamisme et son sens de l’organisation au service des activités team building et des participants.

Voir les articles d’Alexandre

Rubriques

Nos blogs amis

Team building et coaching d’équipe, des miroirs qui se répondent

Team building et coaching d'équipe, deux miroirs complémentaires

Je lis çà et là que le team building et le coaching d’équipe sont complémentaires. Je suis absolument convaincue de cette idée (voir article…) et vais tenter d’apporter quelques précisions supplémentaires en utilisant la métaphore du miroir.

Le coaching d’équipe, un miroir mural

On a l’habitude de dire que le coach agit comme un « miroir » de ce qui se passe pendant les séances de coaching. J’imagine ce miroir comme un grand miroir mural et auquel l’équipe se réfère régulièrement tout au long de son évolution. Ce miroir est installé là pour une durée conséquente : la durée d’un projet, de la conduite d’un changement, le temps d’atteindre un objectif.

C’est le miroir qui va être utile à la troupe de danse pendant toutes les répétitions, auquel chacun va se référer pour avoir une vision d’ensemble, pour travailler sur la coordination de tous les membres. Jusqu’au jour J où les danseurs, en pleine conscience de leur collectif, sont capables d’offrir un spectacle grandiose non plus devant un miroir, mais devant un parterre de spectateurs. 

Le team building, un miroir de poche…

Tandis que le miroir mural offre un reflet dans la durée, le miroir de poche s’utilise à certains moments clés uniquement. On décide de l’ouvrir par exemple juste avant un entretien important pour voir son reflet sur l’instant.

Je vois le team building plutôt comme un miroir de poche dont on a recours l’espace de quelques heures dans la vie d’une équipe. Il propose un reflet beaucoup plus ponctuel.

Je vois le team building plutôt comme un miroir de poche

Le coach, qui connaît son équipe et son niveau de maturité, va pouvoir utiliser le team building à un moment clé dans son évolution. Il peut choisir d’intervenir soit de manière proactive, soit de manière réactive. Pour illustrer ou consolider une prise de conscience récente ou au contraire pour susciter une réaction. Le débriefing, conduit à l’issue du team building, est préparé avec le coach pour faire avancer l’équipe selon son stade de développement. 

…et également un miroir d’angle !

Le team building, c’est aussi une sorte de miroir d’angle qui apporte un angle de vue supplémentaire sur l’équipe. Vous voyez le miroir rond que le coiffeur utilise pour vous permettre d’observer votre nuque ? Et bien le team building, c’est un peu pareil, il vous permet de prendre du recul sur un point bien précis, de regarder un aspect du travail en équipe sous un autre angle.

L’expérience du concepteur de team building et la connaissance de l’équipe du coach vont permettre de placer le miroir de façon à obtenir le reflet recherché. Par exemple si le coach d’équipe souhaite orienter le miroir sur la notion de coresponsabilité, One to Team conseillera l’activité le Pipeline du Siècle ou encore Impression de Qualité.

Le débriefing facilité fera le lien entre le reflet (ce qui s’est passé pendant le team building) et la réalité (ce qui se passe en général). Parfois à la faveur de certaines adaptations ou créations, le miroir peut se révéler très précis avec de nombreux angles de vue à étudier. Alors, de quels miroirs avez-vous besoin ?

Avec des éléments de contexte, One to Team est à même de conseiller l’activité team building la mieux adaptée à faire faire progresser l’équipe et l’entreprise. On en discute ?

EDITO !

Le team building est un outil mis à disposition des équipes pour les aider à se trouver et à trouver leur propre modus operandi. L’objectif de ce blog est d’encourager et de partager une vision de la performance en équipeaxée sur l’intelligence des équipes à se développer. 
A travers des retours d’expériences d’organisateurs de team building, des conseils, des idées et des réflexions, l’équipe One to Team propose des informations pertinentes pour tous les professionnels, organisateurs de séminaires, encadrants, consultants, coachs ou tout coéquipier qui s’intéresse à la dynamique d’équipede manière générale.

Suivez-nous

Les auteurs

Priscilla Leherle

Avec une expérience du team building franco-britannique, Priscilla partage le fruit de ses réflexions sur la performance en équipe et les relations humaines..

Voir les articles de Priscilla

Emeline Hick

ernière arrivée chez One to Team, Emeline apporte un œil neuf et une expérience de l’animation qui vient tout droit du Canada. 

Voir les articles d’Emeline

Alexandre Eber

En « pro » de l’impro, Alexandre sait mettre son dynamisme et son sens de l’organisation au service des activités team building et des participants.

Voir les articles d’Alexandre

Rubriques

Nos blogs amis

Team building : transformer le risque d’échec en atout

Team building : transformer le risque d'échec en atout

Si le risque d’échouer pour les équipes est inévitable lors d’un challenge team building (voir article précédent), de nombreux éléments permettent de gérer ce risque et d’en faire un atout.

Définition d’un objectif « challenging » motivant

Pour faire du risque d’échouer un atout pour l’activité team building, je préconise de définir un objectif « challenging », c’est-à-dire atteignable si l’équipe s’en donne les moyens.

Bien entendu, une bonne connaissance du déroulement du jeu et l’expérience de la gestion des équipes est indispensable au concepteur de team building pour définir l’objectif des équipes au plus juste. Cet objectif « challenging » (je n’ai pas encore trouvé le mot en français pour exprimer cette idée) ne doit être ni facile, ni irréalisable. Ce niveau d’objectif suppose que l’équipe doive développer une certaine stratégie et une efficacité dans son organisation pour réussir.

Cette simple question, de savoir si l’équipe peut atteindre l’objectif, va forcément trouver écho auprès des coéquipiers motivés de démontrer leurs compétences

Plusieurs clés de secours

Et si malgré la motivation, la performance des équipes n’est pas totalement au rendez-vous, le concepteur du team building doit avoir pris soin d’apporter plusieurs « clés de secours ». Les team building One to Team par exemple comportent la plupart du temps des options qui permettent de reculer l’heure du gong final ou d’accomplir des challenges facultatifs si besoin.

Attention toutefois, ces « clés de secours » doivent être clairement annoncées dès le départ pour laisser aux équipes la propre décision de leur utilisation. Offrir aux équipes par clémence des facilités en cours de route, revient à donner aux équipes le sentiment que la victoire ne leur est pas due. 

Habileté de l’organisation

Finalement, toute l’habileté du concepteur de team building consiste à proposer un cadre et un challenge et laisser les équipes développer leur propre cheminement pour atteindre l’objectif. Si malgré tout le challenge team building se termine par un échec (tout est relatif, les enjeux restent ludiques !), d’autres méthodes existent pour en tirer le meilleur parti et le transformer en atout pour l’équipe.

Retrouver les réflexions de Priscilla sur le risque d’échouer lors d’un team building en cliquant ici

EDITO !

Le team building est un outil mis à disposition des équipes pour les aider à se trouver et à trouver leur propre modus operandi. L’objectif de ce blog est d’encourager et de partager une vision de la performance en équipeaxée sur l’intelligence des équipes à se développer. 
A travers des retours d’expériences d’organisateurs de team building, des conseils, des idées et des réflexions, l’équipe One to Team propose des informations pertinentes pour tous les professionnels, organisateurs de séminaires, encadrants, consultants, coachs ou tout coéquipier qui s’intéresse à la dynamique d’équipede manière générale.

Suivez-nous

Les auteurs

Priscilla Leherle

Avec une expérience du team building franco-britannique, Priscilla partage le fruit de ses réflexions sur la performance en équipe et les relations humaines..

Voir les articles de Priscilla

Emeline Hick

ernière arrivée chez One to Team, Emeline apporte un œil neuf et une expérience de l’animation qui vient tout droit du Canada. 

Voir les articles d’Emeline

Alexandre Eber

En « pro » de l’impro, Alexandre sait mettre son dynamisme et son sens de l’organisation au service des activités team building et des participants.

Voir les articles d’Alexandre

Rubriques

Nos blogs amis

Team building : faut-il supprimer le risque d’échouer ?

Le team building et le risque d'échouer

« Ils doivent absolument réussir ensemble »

Dernièrement, une organisatrice m’interrogeait pour trouver une activité team building à intégrer dans un séminaire de Direction d’une grande entreprise française. Ce séminaire devait réunir 2 CODIR issus de 2 sites différents en phase de rapprochement. Le contexte était plutôt difficile et l’objectif était de leur donner envie de travailler sur un projet commun pour qu’ils se projettent dans un futur ensemble.

Ils devaient absolument réussir ensemble et créer de fait un historique positif d’accomplissement commun. L’échec était exclu.

Ceci m’amenait à réfléchir à la question du risque d’échec de l’équipe dans un team building.

Tout d’abord, qu’entendons-nous par « risque » ?

Commençons par distinguer 2 sortes de risques, comme le précise le Centre National des Ressources Textuelles et Lexicales :

Le risque subi, celui qui nous tombe dessus sans qu’on ne puisse faire quoi que ce soit pour l’éviter (ex : catastrophe naturelle, un client se décommande à la dernière minute)

Le risque affronté, celui qui intervient suite à une action de notre part, celui qu’on cherche volontairement à minimiser en agissant dans le but d’atteindre l’alternative plus heureuse (ex : pari sportif, décision stratégique professionnelle)

Le risque dans le team building

Le risque d’échec pour une équipe lors d’un challenge team building se place selon moi très clairement dans la catégorie des risques affrontés.

Effectivement, le résultat (challenge réussi ou perdu) dépend entièrement de l’équipe et de sa capacité à s’organiser, à planifier, à s’entendre… Chaque décision et action de l’équipe la rapproche un peu plus d’un succès ou d’un échec.

Et si le risque d’échec dans un team building disparaissait ?

Il faudrait commencer par supprimer l’objectif car le simple fait de l’énoncer implique déjà l’idée qu’il puisse ne pas être atteint. Mais un team building sans objectif c’est comme une équipe de sport qui ne saurait pas si elle doit gagner ou perdre. Où est la motivation de l’équipe ? Où sera le sentiment de fierté et d’accomplissement de l’équipe à la fin ? Quel accomplissement d’ailleurs ?

Il faudrait aussi supprimer toute sorte de prise de décision, car qui dit décision, dit choix entre plusieurs actions possibles, dit plusieurs conséquences possibles, dit plusieurs résultats possibles, dit éventualité d’un échec…

Au final, supprimer le risque d’échec reviendrait à indiquer aux équipes tout ce qu’elles doivent faire, en sachant d’ores et déjà ce qui sera atteint. Autant vous dire que c’est une option pour laquelle je ne suis pas favorable. Car prendre le risque d’échouer, c’est aussi et surtout prendre le risque de réussir !

Prendre le risque d’échouer, c’est aussi et surtout prendre le risque de réussir !

Le prochain post sera consacré à la gestion du risque pour les concepteurs de team building…

Affaire à suivre donc… ;-)

EDITO !

Le team building est un outil mis à disposition des équipes pour les aider à se trouver et à trouver leur propre modus operandi. L’objectif de ce blog est d’encourager et de partager une vision de la performance en équipeaxée sur l’intelligence des équipes à se développer. 
A travers des retours d’expériences d’organisateurs de team building, des conseils, des idées et des réflexions, l’équipe One to Team propose des informations pertinentes pour tous les professionnels, organisateurs de séminaires, encadrants, consultants, coachs ou tout coéquipier qui s’intéresse à la dynamique d’équipede manière générale.

Suivez-nous

Les auteurs

Priscilla Leherle

Avec une expérience du team building franco-britannique, Priscilla partage le fruit de ses réflexions sur la performance en équipe et les relations humaines..

Voir les articles de Priscilla

Emeline Hick

ernière arrivée chez One to Team, Emeline apporte un œil neuf et une expérience de l’animation qui vient tout droit du Canada. 

Voir les articles d’Emeline

Alexandre Eber

En « pro » de l’impro, Alexandre sait mettre son dynamisme et son sens de l’organisation au service des activités team building et des participants.

Voir les articles d’Alexandre

Rubriques

Nos blogs amis

Les différences au sein d’une équipe : force ou faiblesse ?

Des équipiers différents pour une équipe complète

A l’heure où la tendance des communautés à se replier sur elles-mêmes surgit des urnes, je ne peux m’empêcher de dresser un parallèle avec la composition des équipes. Mon équipe doit-elle être composée de profils similaires ou différents ?

Equipe uniforme / Equipe plurielle : 1-0

Tout d’abord, projetons-nous dans cette équipe composée de profils similaires : par exemple, des coéquipiers qui seraient issus de la même école de pensée, tous plus ou moins du même profil social. Pour eux, la réunion du lundi matin n’est qu’une simple formalité. Tout coule de source. Un coéquipier lance une idée, elle fait l’unanimité et tout le monde se l’approprie immédiatement. Tout le monde s’entend très bien, si l’on met de côté cette petite rivalité entre le leader et son second, et les projets avancent à une vitesse fulgurante. Cette configuration est tout à fait naturelle, on tend à travailler avec des personnes qui nous ressemblent car c’est facile

Equipe uniforme / Equipe plurielle : 1-1

Imaginons maintenant cette même équipe dans la tempête : par exemple, un nouveau concurrent arrive sur le marché avec une innovation révolutionnaire. Cette équipe ne l’avait pas vu venir. Il faut dire qu’elle était tellement convaincue de suivre le bon chemin… C’est vrai, personne n’a jamais contesté la direction choisie. Passé le choc, il faut réagir. L’un propose du bleu pétrole, un autre de l’indigo, un autre encore du bleu nuit. C’est décidé, tout le monde s’accorde à dire que le bleu marine est la meilleure option. C’est simple et consensuel, alors on fonce ?

Equipe uniforme / Equipe plurielle : 2-1

Projetons-nous maintenant dans cette autre équipe, celle qui se compose de profils différents : par exemple, des coéquipiers qui seraient issus de parcours différents, avec des profils sociologiques variés. Pour eux, les réunions sont plus compliquées. Les avis divergent, des idées, parfois aux antipodes, fusent, sans parler des méthodes de travail (il y a quasiment autant de méthodes que de coéquipiers). Pour cette équipe, il y a un fort risque de capharnaüm généralisé ou de clash.

Equipe uniforme / Equipe plurielle : 2-8

A moins que les membres de cette équipe aient tous pris conscience que la différence est une richesse et que tous aient accepté d’en tirer profit pour en faire une force.
Je le répète, ce n’est pas simple. On peut s’attendre à des remises en question, à des changements de cap, à des fluctuations dans le moral des troupes. Avec notamment de la tolérance, une bonne connaissance des autres, une reconnaissance des forces de chacun et une acceptation d’un leadership partagé, ces difficultés de fonctionnement sont surmontées avec brio.

L’équipe construit son mode opératoire pluriel et monte en puissance. On imagine que cette équipe peut avoir besoin d’une aide extérieure pour surmonter ses difficultés, un coach d’équipe ou un facilitateur par exemple. Au final, il se pourrait bien que l’innovation révolutionnaire dont est victime la première équipe, soit en fait le produit de notre équipe plurielle. Tandis que l’un proposait du bleu turquoise, un autre suggérait l’orange citrouille, un troisième le vert amande.

Leur intelligence collective et leur ouverture d’esprit leur a permis de développer une nouvelle nuance, la nuance arc-en-ciel.

En savoir plus sur la recherche de performance en équipe

EDITO !

Le team building est un outil mis à disposition des équipes pour les aider à se trouver et à trouver leur propre modus operandi. L’objectif de ce blog est d’encourager et de partager une vision de la performance en équipeaxée sur l’intelligence des équipes à se développer. 
A travers des retours d’expériences d’organisateurs de team building, des conseils, des idées et des réflexions, l’équipe One to Team propose des informations pertinentes pour tous les professionnels, organisateurs de séminaires, encadrants, consultants, coachs ou tout coéquipier qui s’intéresse à la dynamique d’équipede manière générale.

Suivez-nous

Les auteurs

Priscilla Leherle

Avec une expérience du team building franco-britannique, Priscilla partage le fruit de ses réflexions sur la performance en équipe et les relations humaines..

Voir les articles de Priscilla

Emeline Hick

ernière arrivée chez One to Team, Emeline apporte un œil neuf et une expérience de l’animation qui vient tout droit du Canada. 

Voir les articles d’Emeline

Alexandre Eber

En « pro » de l’impro, Alexandre sait mettre son dynamisme et son sens de l’organisation au service des activités team building et des participants.

Voir les articles d’Alexandre

Rubriques

Nos blogs amis

Apprendre de ses erreurs, ok mais commençons par réussir !

Une réussite initiale pour apprendre de ses erreurs

Erreur 404 !

ERREUR. Ce mot résonne comme un coup de marteau, comme une porte qui claque. Dans l’imaginaire collectif, ce mot est FATAL. Alors autant dire que pour « apprendre de ses erreurs » comme on dit, une équipe doit être sérieusement armée et préparée ! 

Un premier palier dans la réussite ensemble

Avant « d’apprendre de ses erreurs » donc, il m’arrive de proposer aux équipes de miser sur une petite réussite, histoire de booster le moral des troupes. Par exemple un petit challenge type icebreaker, qui paraît complexe au premier abord, et qui devient très rapidement atteignable si peu qu’on y réfléchisse quelques minutes : on essaie, on regarde ce que ça donne, on imagine ce que ça pourrait donner avec quelques ajustements, on réessaie (voir le cycle d’apprentissage de David Kolb)… et on obtient un 1er résultat… positif.

Notre équipe peut le faire

Cela permet de créer un historique de réussite : ensemble, notre équipe a atteint un premier palier. « Certes, au final grâce au travail d’équipe, c’était plutôt facile, mais ce n’est pas ce qu’on aurait imaginé au départ et ça montre qu’on est capable de réussir quelque chose ensemble ». Quelques sourires, voilà l’équipe un peu plus décontractée et confiante pour affronter un challenge team building plus complet. Celui-là sera plus riche d’apprentissage encore pour toute équipe en recherche de performance

En bref :

S’appuyer sur ses réussites d’abord et apprendre de ses erreurs ensuite.

Un team building court pour démarrer un séminaire avec une belle réussite : Toujours Plus Haut : un team building à l’ascension de l’Everest

EDITO !

Le team building est un outil mis à disposition des équipes pour les aider à se trouver et à trouver leur propre modus operandi. L’objectif de ce blog est d’encourager et de partager une vision de la performance en équipeaxée sur l’intelligence des équipes à se développer. 
A travers des retours d’expériences d’organisateurs de team building, des conseils, des idées et des réflexions, l’équipe One to Team propose des informations pertinentes pour tous les professionnels, organisateurs de séminaires, encadrants, consultants, coachs ou tout coéquipier qui s’intéresse à la dynamique d’équipede manière générale.

Suivez-nous

Les auteurs

Priscilla Leherle

Avec une expérience du team building franco-britannique, Priscilla partage le fruit de ses réflexions sur la performance en équipe et les relations humaines..

Voir les articles de Priscilla

Emeline Hick

ernière arrivée chez One to Team, Emeline apporte un œil neuf et une expérience de l’animation qui vient tout droit du Canada. 

Voir les articles d’Emeline

Alexandre Eber

En « pro » de l’impro, Alexandre sait mettre son dynamisme et son sens de l’organisation au service des activités team building et des participants.

Voir les articles d’Alexandre

Rubriques

Nos blogs amis