One to Team - Le Blog

Témoignages et conseils autour du team building et des équipes

Entreprise : une tendance réjouissante qui se confirme

Publié par le dans Questions d'équipes

 la nouvelle définition du travail en entreprise

Cet automne, j’assistais à une conférence donnée par Fabrice Santoro sur son parcours de tennisman professionnel. Un passage m’interpelle :

« Des sacrifices, que ce soit dans le domaine de l’entreprise ou dans le monde sportif, il faut toujours en faire pour atteindre des objectifs. Mais lorsqu’on a un beau projet et que l’on prend plaisir au quotidien, on les accepte, et c’est comme ça qu’on arrive à repousser ses limites. Bien sûr qu’il y a des moments difficiles, des remises en questions… on a tous eu envie, dans le sport de haut niveau, de jeter l’éponge un jour.
La passion et le plaisir ont été plus forts que tout.
 »

Un mot revient à 2 reprises…Si, si, cherchez bien.

 

…Non, ce n’est pas le mot éponge.

 

C’est un terme qui traditionnellement ne figure pas dans le champ lexical du monde du travail. Il est même considéré aux antipodes du travail, de la nécessaire besogne, de la tâche contraignante, de l’effort soutenu.

 

Relisez…

 

Ce mot, c’est plaisir.

Et effectivement, le plaisir des collaborateurs et des équipes devient petit à petit un sujet incontournable au sein des entreprises comme chez les sportifs professionnels. Et croyez-moi, vous allez de plus en plus en entendre parler si j’en juge au nombre de fois où je l’ai entendu prononcé au dernier salon HRspeaks en novembre dernier !
Dans la bouche d’un consultant français spécialiste en innovation managériale comme Francis BOYER ; d’un conférencier canadien spécialiste notamment des générations comme Carol ALLAIN (et plus particulièrement en parlant de la génération Y et Z) ; de l’espagnol Jesus Vega de la FALLA, ancien DRH monde Zara-Inditex. Etc…

Plaisir.

Les valeurs du travail évoluent en permanence et poussent les organisations à se réorganiser très vite. Pour preuve, le sujet de prédilection de Carol ALLAIN sur les générations : entre les baby-boomers qui sont pressés de partir en retraite pour profiter de la vie, et la génération Z qui n’abordera le travail que comme source de plaisir, tout change très vite.

La masse de travailleurs-robots aurait décidé d’affirmer sa condition d’êtres humains dotés d’émotions. Et les entreprises doivent évoluer face à ces changements et adapter leur fonctionnement. C’est donc pour notre plus grand plaisir (nous en parlions déjà au tout début de ce blog), que cette tendance se confirme ! Et nous aurons de nombreuses occasions d’en reparler j’en suis sûre.

En attendant, je ressors mon outil préféré, le dictionnaire : le plaisir est un « état affectif agréable, durable, que procure la satisfaction d’un besoin, d’un désir ou l’accomplissement d’une activité gratifiante. »

Dans cette définition, des mots qu’on a plutôt l’habitude d’utiliser dans la sphère privée et qui, appliqués à l’entreprise, réorientent quelque peu les missions du management et des RH :

  • (Etat affectif) Ouvrir la porte aux émotions… (durable) en laissant de côté l’urgence du court-terme pour construire du relationnel long-terme ;
  • (Satisfaction) Intégrer le fait que les collaborateurs ne travaillent plus seulement pour leur patron, mais aussi pour eux-mêmes ;
  • (Besoin) Accompagner les collaborateurs à se réaliser ;
  • (Désir) Encourager et accompagner les projets / souhaits / ambitions des uns et des autres ;
  • (Activité gratifiante) Faire redescendre l’ascenseur de la reconnaissance à tous les étages sans même qu’on ait besoin de l’appeler.

Et si le travail devient plaisir, peut-être serait-il temps de réfléchir à un autre mot pour remplacer travail